HALTE A LA DESINFORMATION !

HALTE A LA DESINFORMATION CONTRE LE PROJET DE SUPERMARCHE E.LECLERC A EGUILLES !

Eguilles, le 3 avril 2018

Madame, Monsieur,

Dans l’éditorial du Bulletin Municipal du mois de février 2018, Monsieur le Maire, Robert Dagorne, énonce plusieurs contre-vérités concernant le projet de supermarché E.Leclerc. Une pratique déjà présente dans les communiqués précédents de Monsieur le Maire…

Je souhaite rétablir la vérité à propos de ce projet que je porte pour le développement de l’attractivité de notre commune. Aussi, je vous sollicite pour le soutenir en signant notre pétition sur notre site : www.e-leclerc-eguilles.fr

Nicolas Caylet

 


Projet E.Leclerc – EGUILLES INFOS (n°53) de février 2018(*) :

→ C’est FAUX, Monsieur le Maire attribue à la Cour Administrative d’Appel (CAA) de Marseille différents motifs de refus qu’elle n’a en réalité pas retenus. En effet, pour motiver son refus, la CAA de Marseille a uniquement retenu le motif selon lequel le projet de Drive avait été passé sous silence. Les arguments avancés par Monsieur le Maire sont donc erronés puisqu’ils ne sont pas à l’origine de l’annulation de notre CNAC par la CAA.

→ C’est FAUX, la description que Monsieur le Maire fait du projet est erronée :

Monsieur le Maire parle de 2908 m2 + 1050 m2 + 2300 m2, soit 6258 m2 !

La réalité est de 2450 m2 (Supermarché) + 458 m2 (Mail) + 341 m2 (Drive), soit 3249 m2 (Le bâtiment existant sera détruit). Autrement dit, Monsieur le Maire annonce le double de surface commerciale par rapport à celle de notre projet ! Il serait intéressant de connaître les sources sur lesquelles Monsieur le Maire s’appuie pour diffuser de telles informations.

→ C’est FAUX, E.Leclerc Eguilles n’a pas perdu son droit de s’implanter et de construire.
En effet, le PLU et le refus du permis de construire du supermarché E.Leclerc sont toujours en contentieux auprès du Tribunal Administratif ainsi que de la Cour Administrative d’Appel.

Nous rappelons que dans le PLU, élaboré et validé en conseil municipal, notre parcelle a subi très curieusement un changement de destination. Ce même PLU fait l’objet d’un recours contentieux de la part de la Préfécture.

→ C’est FAUX, Monsieur le Maire nous prête des intentions d’agrandissement que nous n’avons pas. En cas d’agrandissement, une nouvelle CDAC serait obligatoire avec la possibilité de mise en place de recours, dont la Mairie a l’habitude. (Par ailleurs, nous avons pris un engagement écrit, à ne pas solliciter d’agrandissement, dans le futur, sans un avis favorable, au préalable, de la municipalité).

→ C’est FAUX, Monsieur le Maire compare curieusement la surface de vente accordée à la société Neyrolle (1000 m2) à notre surface de bâti (6000m2). La surface de vente de notre supermarché est de 2450 m2 (et 458 m2 de mail).

Une enseigne nationale de supermarché va donc s’implanter sur le site Neyrolle. La superficie du terrain est de 7417 m2. Il est impossible que Monsieur le Maire ait davantage de garantie quant à un non-agrandissement futur de la part de l’enseigne en question (Carrefour ? Auchan ? Casino ?…)

→ Notre permis de construire (PC) a été déposé le 6 octobre 2016. Le règlement d’urbanisme en vigueur était le POS. Une attention toute particulière a été apportée dans l’élaboration de ce PC. Nous concernant, le PLU est très éloigné du POS. Curieusement là encore, la mise en place du PLU justifie le refus de notre PC par Monsieur le Maire. Notre seule alternative : des démarches chronophages auprès des tribunaux compétents.

Pour soutenir le projet, rien de plus simple, soutenez le projet en cliquant ici et signez la pétition sur le lien suivant.

Contact :
Nicolas Caylet
Tel : 06 19 65 76 54.
E-mail : ncaylet.leclerceguilles@gmail.com

Merci pour votre message. Il a été envoyé.
Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à E.Leclerc Eguilles. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.